L’Agence de Développement de la Culture Kanak

C’est dans le cadre des Accords de Matignon, qu’à la demande de Jean-Marie Tjibaou, il a été convenu entre les partenaires (Etat – FLNKS – RPCR) de créer l’Agence de Développement de la Culture Kanak (ADCK).

L’ADCK qui a pour missions :

  • de valoriser le patrimoine archéologique et linguistique kanak
  • d’encourager les formes contemporaines d’expression de la culture kanak, en particulier dans les domaines artisanal, audiovisuel et artistique
  • de promouvoir les échanges culturels, notamment dans la région pacifique sud
  • et de définir et conduire des programmes de recherches

Le travail de fond effectué à L’ADCK

Les actions en partenariat

Carrefour des arts, expositions et spectacles itinérants, programmes de recherches, fête des aires, journée de la femme, journée de l’environnement et Ciroîko, journée des cm², festival des arts culinaires, festival du cinéma de la Foa, passeport culturel, Naidoc …

De nombreuses actions faisant appel aux missions de L’ADCK sont menées en partenariat avec les conseils coutumiers, l’association slow food, le consulat général d’Australie en Nouvelle-Calédonie, la province des iles, la province sud, la province nord, le gouvernement, la mairie de Nouméa, la mairie de la Foa, le Chapitô et l’Adaca.

La collecte du patrimoine oral kanak

Un programme conventionné avec les aires Hoot Ma Whaap, Paicî-Cèmuhî, Ajië-Aro, Xârâcùù, Drubea-Kaponé et Iaai a été mis en place.

Des conférences thématiques et des rencontres des collecteurs sont menées avec le centre culturel Tjibaou, le musée de la Nouvelle-Calédonie, la médiathèque du nord et le centre culturel de Koné.

La mise en place d’un pôle oralité en partenariat avec la province nord est prévue en 2012.

Formation et coopération internationale

Le département recherche et patrimoine forme de nouveaux collecteurs, établit des méthodologies d’enquête auprès des chargés de mission de l’académie des langues kanak. En partenariat avec le Poemart et la SACENC, L’ADCK forme des professionnels de l’industrie musicale.

La formation et la coopération internationale ce sont également des rencontres annuelles des collecteurs au centre culturel Goa Ma Bwarhat (Hienghène), mais c’est aussi la préservation et la valorisation du patrimoine alimentaire kanak au travers de « la sentinelle de l’igname » : avec l’association Drai Ne Xen (jour du festin) et en partenariat avec la fondation slow food.

source : http://www.adck.nc

2 commentaires sur “L’Agence de Développement de la Culture Kanak

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :