La grande chefferie de Guahma et son grand chef

Pour comprendre ce que la grande chefferie de Guahma a de particulier par rapport aux autres de Nouvelle-Calédonie, il faut expliquer que tout d’abord c’est le plus grand district de Maré, là où la religion chrétienne a été accueilli et où elle a fusionné avec la coutume pour former un syncrétisme qui est la pierre angulaire de nos traditions aujourd’hui.

Il faut aussi remonter aux événements, et à cette époque où pa retok Nidoish fut emprisonné pour ses écrits et son engagement. C’est la première fois qu’un grand chef depuis feu son ancêtre est emprisonné, à ceci près que contrairement à ce dernier, lui le fût pour un engagement politique direct et frontal qui n’avait rien à voir avec sa fonction coutumière (il aurait d’ailleurs très bien pu s’en passer et vivre confortablement, surtout lorsque l’on sait que son père était un ardent partisan du général de Gaulle).

En réponse à cela, il y a un front commun des Kanaks, une sorte de béatification, de liesse populaire pour sa personne qui a largement dépassé les frontières de Maré.

Mais les gens de Guahma le virent aussi et surtout comme une révélation : ce n’est pas un hasard que ce soit leur grand chef, le seul garçon et l’héritier de la fratrie royale, pour qui ils ont jeûné pendant 1 mois afin qu’il naisse, celui du plus important district de l’île qui a accueilli l’évangile et qui a su le mieux conserver ses traditions au pays, qui se soit le premier levé pour combattre les héritiers et descendants coloniaux, leur État et sauver le peuple Kanak.

Ils le voyaient et le voient toujours comme une sorte de Messie et en tirent encore aujourd’hui une grande fierté et un immense orgueil. D’une certaine manière ils ne le voyaient plus comme un homme mais comme un signe de la providence, quelqu’un qui ne pouvait se tromper car par le passé il avait eu raison avant tout le monde !

À sa sacralité traditionnelle s’est rajoutée une légitimité historico-politique et même prophétique au regard des événements et de l’histoire du pays.

C’est pourquoi le fonctionnement du district en a peut-être été (à mon sens) quelque peu chamboulé car les contre-pouvoirs (en particulier ceux de sa génération et celles qui suivirent), qui auparavant n’hésitaient pas à se manifester pour faire l’équilibre dans la direction du district, ont par égard pour sa personne décidé, pour quasiment tout, tout le temps et dans tous les domaines (même ce qui ne relève pas au sens strict du terme de la coutume), de faire front avec lui par amour, solidarité et reconnaissance vis-à-vis de son emprisonnement, de tous ses sacrifices et ses combats politique ! (D’où la naissance d’ailleurs du LKS, etc …) Si l’on ne comprend pas cela, on ne peut pas comprendre le fonctionnement et l’attachement profond, viscéral et féroce que les sujets ont envers leur chefferie …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :