Residence Hea Hea sur Hyehen avec le vieux Salomon MAYAT.

C’est tout le travail du DMTCPO (Département des musiques traditionnelles et des chants polyphoniques océaniens) du Conservatoire de musique et de danse de Nouvelle-Calédonie que de faire vivre le patrimoine oral en le reformulant par le biais de la création artistique.

Outre les ateliers pédagogiques et les résidences de création dans les écoles et dans les tribus, le DMTCPO crée des spectacles originaux qui mettent en valeur le patrimoine traditionnel kanak.

La transmission est un des objectifs prioritaires du DMTCPO qui considère qu’en s’adressant aux enfants en premier lieu, les adultes sont in fine touchés. Dans tous les cas, on constate que chaque représentation suscite l’émotion du public, toutes ethnies confondues.

Si la lutte pour la reconnaissance n’est pas achevée, la manière de la mener semble avoir évolué, l’objectif étant plutôt de rechercher l’adhésion du public et de toutes les communautés en présentant la beauté de la culture kanake et son essence via des messages presque poétiques qui ont davantage vocation à rassembler. 

Uilu, qu’on peut qualifier de mouvement, rompt avec la vision binaire de la société qui oppose systématiquement dominant et dominé.

Rendre visible sa culture, en montrant la part d’universel qui réside en chacun, permet à tous ceux qui reçoivent le spectacle de mieux comprendre et de se reconnaître dans l’expression de ces valeurs, voilà le combat mené par Uilu.

Se saisir de son propre patrimoine est en outre perçu comme une responsabilité par les membres d’Uilu. En effet, les Kanaks ayant subi des pertes culturelles irrémédiables, il incombe aux jeunes musiciens, acteurs du patrimoine, non pas de le conserver comme dans un musée, mais de le faire vivre, ce qui implique d’en avoir une bonne connaissance.

C’est pourquoi les créateurs Junior et Georgy Touyada ont sollicité les interprètes pour qu’ils collectent des chants chez eux, dans leur région et dans leur langue. Ainsi se trace un chemin qui conduit vers la mémoire collective, favorisant la transmission. La plupart des chants du répertoire sont des arrangements de quelques-uns des membres d’Uilu, façonnant ainsi une version nouvelle dans le respect des dépositaires des savoirs.

Du fait de l’étendue du terrain à couvrir et de l’existence de microsociétés idéologiquement intactes, une stratégie doit être mise en place afin de procéder à la réalisation des différentes missions d’un projet d’orientation élaboré sur cinq ans et plus encore. Ce projet d’orientation prévoit le développement de 6 axes :

–    Centre de ressources (documentation du DMTCPO)

–    Espace de diffusion

–    Formation spécifique

–    Laboratoire de recherches et de créations musicales et pédagogiques.

–    Structure d’éditions.

GROUPE DE RECHERCHES :

– M. Hervé LECREN (Directeur adjoint du Conservatoire de Musique et de Danse de la Nouvelle-Calédonie et coordinateur de l’antenne de Koohnë)

– M. Georgy TOUYADA (Régisseur général)

– M. Austien Junior TOUYADA (Coordinateur DMTCPO)

– M. Rénaldo NERHON (CPM – Mêre â Gââra : Houailou, Ponerihouen, Kouaoua, Canala)

– M. Charles TAUA (Coordinateur Iles Loyauté)

– M. Vincent Djamali (Responsable Formation DMTCPO)

– M. Damien Gorodja ( Dumiste CPM – Mêre â Gââra)

sources : page FB Dmtcpo, page FB KNKNÂIMÂ, chaîne YouTube Lskp Kûmö

https://m.facebook.com/SoulLostSpiritFree/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :