Le prix que j’ai payé pour être instruite

 

Me lever tôt comme le veut le dicton,

Me forcer à me goinfrer et à m’abreuver,

Me doucher rapidement ou me débarbouiller,

S’équiper convenablement et s’en aller loin du cocon.

Se rendre au lieu d’instruction !

M’attendre à ce que la sirène sonne,

Me ruer vers une salle fixe depuis bien avant le primaire,

Me mettre en rang et me tenir raide droite tel un doux petit militaire,

Se taire afin d’avoir le droit d’entrer dans l’enclos, tout en évitant de jouer la polissonne.

S’efforcer d’écouter, pendant deux heures, divers raisonnements pour une seule solution !

M’impatienter à l’idée que la sonnerie de la pause retentisse,

M’ameuter vers la cour de récréation pour plus ou moins m’amuser,

M’étonner brièvement de l’alerte inaudible aux régulières notes irritées,

Se suivre en chœur, vers la classe programmée, noyée dans un brouhaha intense.

Se départager en deux colonnes fixes, on pourrait croire à un départ en mission ! 

Me faire clouer le bec pendu pour une digne insertion en cage,

Me forcer à être attentive encore deux heures en moyenne,

M’entendre grogner de l’intestin jusqu’à ce qu’une alarme annonce le début de la pause méridienne,

S’ordonner par classe pour accéder au mangeoire, obligatoirement par un pointage.

S’enfiler à la queue leu leu et être prête à passer à l’action !

M’alimenter et m’hydrater en rythme pour faire place aux camarades,

Me demander si je suis rassasié avant le signal de la reprise,

Me diriger vers le cours désigné à être à la fois un digestif et un somnifère, une sorte d’électrolyse,

Se caser deux par deux dubitativement et répéter l’éternelle mascarade.

Se coller le rôle de muet de façon à être autorisée en cellule d’information !

Me torturer deux heures de plus à participer pour tenir le coup,

M’étaler sur la sommaire chaise en courbant le dos jusqu’au son de cloche,

M’attrouper sur la place clôturée de l’élevage intensif de mioches,

Se presser à se détendre en planant avant que la sirène agaçante n’envoie ses à-coups.

Se tasser à l’endroit où se déroule l’ultime partition !

Me foutre en deux files indiennes,

M’atteler à avoir une concentration extrême,

Me dire que la fin raisonne, entre élèves, tous sur un seul tandem,

Se soulager à l’idée de subir le dernier cours, celui de l’extrémité de la longue chaine.

Se rendre au lieu d’habitation !

Me doucher pour sentir bon,

Me nourrir et boire jusqu’à satiété,

Me plonger dans les devoirs imposés,

S’endormir tard dans la nuit, la tête pleine de leçons.

Mlle Molkis dans les alentours de 20h vers Bourail le 10 12 2021.

Copyright Mlle Molkis - Article L. 111-1 du code de la propriété intellectuelle (CPI) : l’auteur d’une œuvre de l’esprit jouit sur cette œuvre, du seul fait de sa création, d’un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous. Ce droit comporte des attributs d’ordre intellectuel et moral ainsi que des attributs d’ordre patrimonial.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :