Léopold Hnacipan, un nouvelliste assoiffé du désir d’infini

Personnage curieux et passionné, Léopold est l’avant-dernier d’une fratrie de dix enfants. Sa terre d’origine est l’île de Lifou, dans l’archipel de Nouvelle-Calédonie. Adopté très jeune par ses oncles, il a été élevé dans un milieu très modeste où le combat pour la reconnaissance est un souci au quotidien.

Léopold Hnacipan est né en 1964 à la tribu de Hunöj Lifou. Il a commencé sa scolarité au sein de la tribu. En 1973, l’année de ses 9 ans, il fut cédé à Hnadro, la tribu de sa maman, « pour faire de l’effectif ».

En 1974, de retour à Havila, Lifou il a enfin pu continuer sa scolarité en reprenant à partir du cours moyen puis le collège.

En 1980, il entre au lycée Do-Kamo où il obtient le baccalauréat B, série économique.

De 1985 à 1987, il séjournera à Grenoble où il suivra des études de lettres modernes. Troublé par la période des évènements qu’il vivra loin de chez lui, il déclarera au sujet de ses années d’études : « (…) Je n’ai vraiment pas assuré. Au fond, je me contentais d’exister sans me former. Je n’avais pas vraiment ma tête à moi ».

En 1989, de retour sur l’archipel, il occupera un poste de professeur de français à Nédivin Houaïlou avant de repartir de 1990 à 1992 sur Grenoble où il finira par décrocher deux diplômes universitaires : un diplôme de phonétique et de linguistique, et un diplôme d’enseignement du Français langue étrangère.

De retour au Pays, il prendra le poste de professeur de Français d’abord à Nédivin et ensuite à Tiéta Voh. Poste qu’il occupe encore aujourd’hui.

Quelques années plus, il obtiendra sa licence en Nouvelle-Calédonie

« J’ai comme l’impression d’être sur une autoroute à grande circulation et j’en suis très heureux. Je fonce et toute mon attention est tournée vers devant parce qu’enfin, j’écris ».

C’est dans sa case de Cawiouko, entre ses cours et sa vie de famille, qu’il écrit aujourd’hui essentiellement des nouvelles racontant la vie de sa tribu natale. Forces et dangers de la coutume, difficultés de la condition féminine, conception du couple et rapports claniques, il aborde tous les thèmes avec un regard critique mais bienveillant, bourré d’humour et de tendresse, braqué sur l’humanité de ses personnages, et brosse des tableaux envoûtants de sa culture d’origine.

Léopold Hnacipan se déclare nouvelliste assoiffé du désir d’infini.

« (…) L’albatros de Baudelaire me rappelle (…) ma condition « au milieu des huées ». Un roman ? Je ne pense pas qu’un jour j’irai jusque-là. J’attends d’abord que le brouillard se dissipe pour avoir plus de temps pour me faire pénitence. Ecrire ».

Bibliographie

2008 : Hélène, publication dans la revue littéraire Episode

2010 : Olé, oleti co-écrit avec Noëlla Poemate. Recueil de nouvelles

2011 : Les seins de Wananathin, une nouvelle dans la revue Littéra-maohi de Chantal Spits 2013 : Mateit dans le recueil Paysage

2015 : Simano

2016 : De séduction en séduction

2016 : Ponoz, cordon ombilical

2017 : Les fleurs de potr

2017 : Passerelles

2018 : Immulal de Nunë Luepak

Sources : Editions Humanis – Ecrivains-nc.net – Maison du livre de la Nouvelle-Calédonie – http://ecrivainducaillou.over-blog.com/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :