Aller au contenu principal

Référendum : sortir enfin de la question binaire

Force est de constater, qu’après 30 ans, les élus de la Nouvelle-Calédonie n’ont pas réussi à fondre nos différences dans un modèle sociétal partagé intégrant le meilleur de chaque culture. Au contraire, nos antagonismes sont aujourd’hui exacerbés.

Ce deuxième référendum a vu les positions extrêmes prendre le dessus sur les discours politiques, ce qui a créé des tensions inutiles. Un troisième référendum avec question binaire ne ferait qu’accroître ces antagonismes. Et nous le savons, sur un groupe de 10 personnes, il y en a souvent 1 qui ennuie les 9 autres et pourrit l’ambiance.

A l’instar des 150 qui ont élaboré la convention citoyenne en France, nous, citoyens Calédoniens, pourrions souhaiter voire même décider de mettre en place un processus participatif structuré impliquant des habitants ayant des intérêts moraux et matériels sur le territoire. Nous pourrions souhaiter / décider de nous donner les moyens d’organiser cette démarche apolitique et participative permettant aux citoyens de construire sans intermédiaire la société de demain, celle qui intègre nos différences, celle qui préserve nos enfants et la terre que nous allons leur léguer.

Un modèle sociétal co-construit qui serait présenté à l’ensemble des citoyens, aux élus Calédoniens, au gouvernement Français, à l’ONU pour une ratification par référendum, ce qui nous permettrait enfin de sortir de cette question binaire qui ne définit aucunement la société dans laquelle beaucoup d’entre nous se reconnaît et dans laquelle chacun a sa place.

Des objectifs précis pourraient être définis comme :

·     Repasser au travers de l’Accord de Nouméa et vérifier ce qui a déjà été fait, ce qui ne l’a pas été, ce qui pourrait être amélioré,

·     Créer un livret pédagogique expliquant l’Accord de Nouméa et ses objectifs (Il serait grand temps),

·     Présenter des axes de stratégies permettant à la Nouvelle-Calédonie de demain de se construire dans de bonnes conditions,

·     Construire, élaborer des outils permettant une identification citoyenne commune à tous en s’inspirant par exemple de la Nouvelle-Zélande, où le Haka, rappelons-le, est dansé lors de toute manifestation publique. Ne pourrait-il pas en être de même avec le pilou ?

·     etc…

Un commentaire »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :