L’histoire du café calédonien

Le café fait partie intégrante de l’histoire de la Nouvelle-Calédonie. Ce sont les pères maristes de la mission Saint Louis qui, en 1856, l’intoduisirent en Nouvelle-Calédonie.


D’abord cultivé par les colons, il fut ensuite implanté en milieu kanak. Toutefois, il semblerait que certains plants de café étaient déjà implantés dans certaines tribus de la Grande Terre et avant l’arrivée des colons

Ce sont les pères maristes de la mission Saint Louis qui, en 1856, introduisirent des plants d’Arabica en Nouvelle-Calédonie. Par la suite, les plants importés provenaient de La Réunion, comme le café Bourbon dit le café Leroy.

En 1862, une pépinière de caféier fut planté par l’ingénieur agronome Adolphe Boutan. 2 ans plus tard une distribution de près de 60.000 pieds fur organisée. Le gouverneur Feuillet, à son arrivée, mise sur la production caféicole mais la filière ne se développera pas selon ses souhaits.

En 1920, afin de relancer cette filière, l’administration décide d’implanter la culture du café en milieu mélanésien « afin d’intégrer les tribus dans l’économie marchande » et la culture dite « sous ombrage » est alors utilisée. La 2de guerre mondiale provoquera le déclin de la production. Toutefois, comme le fait remarquer l’Ecomusée de Voh : « Nous sommes encore à cette période sous l’application du code de l’indigénat avec l’obligation de travail dans les plantations des colons parmi bien d’autres obligations et interdictions. Selon nos sources ce serait en 1931, à l’arrivée du capitaine de gendarmerie Meunier, que l’on incite fortement les kanaks à planter le café en tribu. »

En 1978, le Territoire met en place un programme de plantation et de vulgarisation de nouvelles techniques intensives de culture. L’opération café est lancée mais ne connaîtra pas le succès escompté notamment du fait du choix d’une production intensive au soleil. En effet, c’est à cette époque que l’opération café lancé par Paul Dijoud a pour objectif d’amener les tribus dans l’économie marchande. Mauvais choix technique, culture qui ne produit qu’au bout de 3 à 5 ans, pas adapté au mode de vie des gens?etc

Son développement commercial fut initié par Monsieur Paul Joubin. Il découvrit en 1911 qu’un commerçant parisien vendait un arabica exceptionnel en provenance de Nouvelle-Calédonie et décida dès lors de fonder la société Havre Calédonienne afin d’en faire la promotion en Métropole.

L’histoire raconte que le café Leroy en provenance de Nouvelle-Calédonie fut offert par des militaires du bataillon du Pacifique et qu’il devint le préféré de Churchill.

Aujourd’hui, la culture du café se fait essentiellement en Province Nord et a pour objectif de s’inspirer des leçons du passé. Essentiellement familiale, les techniques de production du café s’adapte aujourd’hui au mode de vie des populations.

source : https://lepetitjournal.com/nouvelle-caledonie/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :