Aller au contenu principal

Cosmologie

Le Mythe d’origine a été re-élaboré et publié en 1976 par Jean-Marie Tjibaou pour le Festival d’art mélanésien, dans l’ouvrage destiné à légitimer ce qui allait devenir la revendication indépendantiste, TÉA KANAKÉ, premier fils de Nabuumê qui apparaît comme l’ancêtre du pays. Il se propose d’exercer son droit d’accueil à l’égard des autres ethnies du territoire et des Blancs. Ces derniers, désignés par le Front Indépendantiste comme « victimes de l’histoire  » sont invités à reconnaître le peuple kanak, premier occupant de l’archipel, afin de pouvoir légalement prendre racine dans le jardin de leurs hôtes.

Histoire des vieux d’il y a longtemps et des pays de Nouvelle-Calédonie

Ponérihouen  

Les vieux racontent que la terre, enroulée en spirale, touchait la lune et·que la pierre sur la montagne était à peine au sec1, avant le partage des pays sur la montagne de Zyoouma.

Quand la mer avait déjà laissé au sec un rocher, la lune retira une dent de sa bouche et la posa snr la pierre. la dent reste là de nombreux jours, pourrit et les vers s’y mettent. .

Les vers qui tombent sur la terre se changent en lézards, ceux qui tombent dans l’eau se changent en anguilles et les petits des lézards prennent un visage d’homme.

La mer commence à baisser, la montagne s’élève au-dessus de Goyèta ; ils (les hommes) nagent et se mettent debout sur toutes les montagnes à sec. Une anguille mâle continue à nager et aborde à Goyèta. Elle se change encore là en· chenille Hou, et c’est là qu’ils commencent à devenir hommes.

Ils se changent,encore; en hommes authentiques, mais s’ils ont un cœur d’homme, leur peau est encore celle d’animaux; le nom de ces hommes était Kétéwa. Tant que leur peau ne changeait pas, leur cœur ne savait connaître le bon et le mauvais. .

Ils se transfonnent encore; le premier qui fend leur peau pour arriver an fond de leur cœur et leur donner la parole, c’est Boumè.

Boumè

Boumè dit qu’il était bon que l’homme et la femme vivent ensemble. Il prit une femme pour épouse et tous pensèrent à en faire de même. Un fils premier-né naquit à Boumè qui le nomma: ‘l’éin Kanaké ; le deuxième de ses fils prit le nom de Boaé Béalo et le troisième Dwi Daoulo. Ces trois hommes, nés de Boumè, sont à l’origine de tous les clans de Calédonie.

L’alliance de sang

Voilà qu’ils décident d’établir l’alliance de sang parmi les hommes et parlent de se partager, eux les frères, suivant deux paroles, irrévocablement en Bay et Dwi. Cette alliance de sang se fonde sur la monnaie de perles. Du côté des Bay, c’est Boaé Béalo qui est leur chef; chez les Dwi, c’est Dwi Daoulo. Les deux groupes se sont conservés et jusqu’aujourd’hui, pour tous les clans, on dit Bay et Dwi, Boaé Béalo et Dwi Daoulo.

Sur la terre où commençait à pousser la paille (des toitures), ils suivent la chaîne centrale et arrivent dans une autre partie (de l’île) où ils fondent le pays auquel ils donnent le nom de Poay.

Téin Kanaké

Téin Kanaké, celui qui fait taire la foule, frère aîné des deux autres, alla voir les pays plus avant jusqu’à Voh 2.

Puis il descend alors au bord de mer de la ‘l’ipijé et répartit les hommes dans tous ces pays. Il s’en retourne alors de ‘l’ipijé, en laissant là-bas quelques hommes. Il arrive à l’embouchure de la ‘l’yamba,.y laisse encore des hommes qui construisent là un tertre (de case) qu’ils nomment Gara atû

Il suit toujours le bord de mer jusque dans le pays de Boa où il laisse encore des hommes.

Il leur donne alors pour nom Boa ma Tyau 3.

Lui s’en retourne alors et arrive à Poinriu-iriwin 4 où il se construit une demeure qu’il appelle Gowari

Plus tard il redescend vers la mer établir le pays de Tyakin.

Il y place tous les tertres dont il donne les noms: Néjeou, Gorounia, Pwia et Poinrintyingu, Gorotyin et Tyomari.

Téin Kanaké termine (ses jours) ici, tombe malade et meurt, là où sont nés ses trois fils : Téin Tyomari, l’aîné, Dwi Pwiridoa, le deuxième, le troisième fils fut pris par une vache marine qui le déposa à Lifou où on lui donna le nom de Boumè.

Le travail de Téin Kanaké terminé, passons au travail de Boaé Béalo et Dwi Daulo.

Boaé Béalo

Boaé Béalo avait deux fils. Lui, leur père, tombe malade et meurt. Sa femme pleure, pleure et elle aussi meurt. Les deux enfants restent seuls; ils vont au hasard dans la brousse. Le Bao Bwiri 5 se saisit d’eux et ils arrivent à Poarapeway 6 et sur la montagne de Poadoulang 7. Les deux enfants décident alors de se séparer là et voilà leur parole d’adieu. L’aîné dit : « Nous allons nous séparer. Tant que tu seras vivant, pense à notre pays de Poey; moi, j’y penserai aussi tant que je vivrai. » Il descend alors vers Poey 8, tandis que l’autre revient vers Tyamba. Le nom de celui-là est Toudyay ; avec quelques hommes, il arrive à la montagne de Gorowinho, y monte, réside là. Puis ils se partagent encore; Boaé Béalo (c’est-à dire les Bay) descendent vers Napeureuwin à la Tyamba, tandis que Dwi Daoulo (c’est-à-dire les Dwi) monte vers Gorooubé. Ils se sont séparés là à cause d’un magnagna 9 qu’ils ont mangé.

Voilà le nom de tous les clans qui se sont dispersés là : Wénaé, Poadimalo, Napoéwimyin, Goropodyèweu, Gorowinho et Poaola; c’est la partie des Bay de Poindimié. .

Les Bay et Dwi vont encore et s’arrêtent à Gorowari 10 ; ils partent encore de là pour aller résider à Gorotyédé 10. Ils décident alors et disent : « Toi, homme Bay, tu partiras t’établir à la rencontre entre l’eau douce et l’eau salée dans.la rivière de Goyèta 11. Moi, homme Dwi, mon territoire est à la limite entre l’eau douce et l’eau salée dans la rivière de Tyamba.

Les hommes de Bay se sont placés dans le pays de Goyèta et tous les Dwi dans le pays de Tyamba. Voilà le nom de quelques clans Bay réunis: (Gooutin, Gorou, Tyara boéri, Goroborédyo).

Le domaine des hommes de clan Dwi qui résident séparés des hommes de clans Bay : Goyata, Poma, Nadarawin, Goromwido, Nai et Aradya.

Tout cela est fini et nous voyons encore tous les fragments de Kanaké, Béalo et Daoulo et si nous disons leur nom ; nous disons les noms de tous les clans.

Nous allons voir quelques morceaux et nous laisserons ceux que nous ne connaissons pas :

Descendants de Téin Kanaké. – Aramoto, Gorooubé, Kazyeu, Tyourou-biti, Edéméréwi, Naboutywin, Aoutangou, Gorowingopaé, Pwinrinpoéa,Warü ma Ounémwin, Tyadaré, Pwétyieu, Goroèü, Gorotyin, Pourouwin, Tyabarapon, Méréatin.

 Descendant de Boaé Béalo. – Méindü, Goromoto, Pwadou, Nigay, Napeureuwin, Poinrin-nyimou, Naaotyiwé, Gorotindo, Pwadaé, Nébay, Toutoungoro, Goroméa, Pibè et Nadapeureuwin.

Descendants de Dwi Daulo. – Goyèta, Goyèta Pwaîri, Goyèta Pwana- bay, Goyèta Pwaida, Goyèta Natéawe, Aramoto, Pwouroudeu, Tyou- roubiti, .Poinrinpoéa, Goroèu, Goromwindo, Poma, Nindü, Poutyirou, Naboumè, Gorodoumabi, Gopwéa, Mwintéapo, Azyawa, Pwédya, Gorotou

(Texte dicté par Pierre POINRINPOBA (Tchamba) à Philippe GORODE, traduction J. GUIART.)

Références

I. Comme à marée basse, tout était recouvert par la mer.

2. Où la distinction entre Dwi et Bay ne joue plus. ,

3. Couper le u, totem redouté, ce qui symbolise l’audace du guerrier.

4. Francisé en Ponérihoucn = tête rivière.

5.Dieu fou, nom du dieu Gomuwé qui fait se perdre les voyageurs dans la brousse.

6.Rivière d’Amoa.

7.Entre Amoa et Netchaot.

8.Origine de la grande chefferie de Poyes (Poey) dont le titulaire actuel est Kowi Bouillant.

9. Nourriture de chef à l’origine de bien des querelles entre frères.

10. A laTyamba.

12. C’est la rivière de Ponérihouen

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :