Aller au contenu principal

Kuic Yabé / L’igname Yabé

Kuic Yabé

Dele ka sui pe hula nale dii hwanga Hoot ma Whaap, na kùic yalen Yabé, dii hman taben o cen cureot nale hia na Pweevo. 
Thêên u thaa dii waraun xe hyai poxa, dii kùic Yabé, khôe dek mo pajeen lexi siic lek, xeu nemi men hen le ya hwanga kaya. 
Xe thaa le dii hwanga Paîcî, dii kùic Yabé, xe pwenô pwenô nale kut. Xe ta ôôba mwa Tchamba ; xe the hyuu hen nale na hwain kùic ; dii bare hen xe rau cim mwa lek, rau kakop mwa dii kùic na le dii hôbwet Tchamba. 
Kaxi kùic ne xe rau khoye hen mwa thaa nale dii hwanga Ajië, dii kùic Yabé xe cina bare hen xe bare hup. Thai daan men khênuk mayedaan, dii kùic Yabé xe ta ôôba mwa Monéo. Xe pha cieni dii bare hen nale na hwain kùic ; dii bare hen xe rau cim mwa nale dii hwanga Ajië. 
Xe rau khoye hen, thaa mwa le dii hwanga Xàràcùù, dii kùic Yabé xe hnyaji dii bare hen ceek xe bare khûny. Hînu men mayuk nale na hwanga Xàràcùù. Cen mayuk ra xe tiaek men tiwa xe maye nga nale dii hwanga Drubea. Xe pei hole we dii kùic Yabé nali deeli kac Xàràcùù, jo xe sauk mwa celele dii bare hen khûny yalen « canne-palmier » dek dii ba thaavuun khûny tei naxe jere pwec na Gélima. 
Nale dii hwanga Drubea, manet men yaak delu tiaek men hen xe balen dii dau ai xe thaa men hyalabwi ya hman tago dek nale hia o heve men ti le guc. Kaxi kùic Yabé, xe hyalaap ti le jalik, hyoom naxe na huure hiin pook, xe cada mwa Nece na Nengone dek hna dii hwanga Negone o hwangôôn Kùic. Tho hwailo tho hienga sui mwa hya daleen.

L’igname Yabé 

On raconte qu’autrefois dans le pays Hoot ma Whaap, une igname « Yabé » occupait une place importante sur le flanc d’un champ à Pouébo. 
Quand arriva la période de la récolte, l’igname Yabé, fatiguée d’être toujours au même endroit, s’en alla pour un pays nouveau. 
Dans le pays Paîcî, l’igname Yabé marcha, marcha sous la pluie. Elle se réfugia à Tchamba. Elle se cassa une jambe dans un trou à igname ; le moignon poussa et devint une belle igname dans la vallée de Tchamba. 
Pour continuer son chemin vers le pays Ajië, l’igname Yabé se fabriqua une jambe de bois avec un morceau de Houp. Un cyclone la surprit et l’igname Yabé se réfugia à Monéo. Elle perdit sa jambe de bois dans un trou à igname : ce fut une nouvelle igname en pays Ajië. 
Pour continuer son chemin vers le pays Xàràcùù, l’igname Yabé remplaça sa jambe de bois perdue par un morceau de canne à sucre. Elle trouva un soleil torride en pays Xàràcùù. La sécheresse l’obligea à continuer vers le bout du pays dans la région Dûbéa. L’igname Yabé remercia les gens de Xàràcùù en laissant sa jambe en canne à sucre. C’est ainsi que poussa la première canne à sucre appelée « canne-palmier » sur le bord de la rivière La Gélima. 
Dans le pays Dûbéa, la disette et les feux de brousses obligèrent l’igname Yabé à continuer sa route vers le bout de l’île. Elle était venue chercher dans un champ, pas dans une marmite. L’igname Yabé prit donc la mer sur un morceau de bourao qui le conduisit sur le rivage de Nece à Maré. C’est comme cela que Nengone est le grenier de l’igname

Film (conté par Wedja Suzy Camoui, dans la région de Jawé)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :