Edito 2021 / Voeux 2022

Voilà 2 ans de cela, nous décidions de créer un blog pour présenter la société et la culture Kanak, la rendre présente sur le net : Présence Kanak, titre inspiré du plus célèbre des livres de Jean-Marie Tjibaou et pour bien marquer cette présence sur la toile, était né.

Très vite, j’ai pris conscience que la richesse de cette culture si peu (re)connue, notamment dans son propre pays, me donnerait des années de travail. J’ai pris conscience également qu’au même titre que les Aborigènes, les Quechua, Yawanawa, Kuntanawa ou Ashaninka, les Inuits, les Maoris (Pour ne citer que les plus connus), les Kanak étaient eux aussi un peuple premier. Qu’à ce titre, comme l’a écrit Tristan Lecomte dans une de ses chroniques, « ils sont les gardiens de la Nature, des traditions, et entretiennent un rapport authentique et équilibré avec leur écosystème. Ils en connaissent les fragilités et les moyens de garder l’équilibre. Surtout, ils savent qu’ils sont totalement dépendants de leur écosystème et que la survie de leur peuple en dépend ». La coutume Kanak et l’organisation des clans en sont la preuve.

C’est d’abord un véritable travail d’archéologie numérique qui a été mis en place : 2 ans maintenant que nous récoltons et regroupons sur Présence Kanak les portraits de ceux et celles qui ont donné son visage à la société Kanak, mais également tout ce qui concerne sa structure, sa philosophie, ses fondamentaux, sa spiritualité, son histoire, sa géographie.

De blog Présence Kanak est devenu, grâce à votre intérêt grandissant, une base de données qui n’aura de cesse d’être étoffée au fil du temps.

Plus je découvre, apprends de cette société, ce peuple dont je tire une partie de mes racines, plus je prends conscience de la richesse d’un de ses principes fondamentaux : la spiritualité.

Et cela me ramène à un enseignement transmis par Deepak Chopra notamment. Dans la vie, nous disposons de trois manières d’agir pour transcender notre karma :

  • L’une est de payer nos dettes karmiques. C’est ce que la plupart d’entre nous choisissons – inconsciemment, bien sûr. La Loi du Karma explique qu’aucune dette dans cet univers ne reste impayée. Nous subissons donc en pensant inconsciemment rembourser nos dettes. La fameuse culpabilité judéo-chrétienne.
  • La seconde manière d’agir est de transmuter ou transformer notre karma en une expérience plus désirable. Cette manière nous permet de transmuter notre karma en une nouvelle expression. Ainsi en payant notre dette karmique, nous choisissons de convertir l’adversité en un bénéfice qui peut apporter abondance et satisfaction. Nous décidons que toute expérience est donc bonne à vivre et peu importe que cela soit douloureux ou pas : c’est le verre à moitié plein ou à moitié vide.
  • La troisième manière d’agir sur le karma est de le transcender. Transcender le karma, c’est en devenir indépendant. Pour y arriver, il nous faut laver notre esprit, notre cœur sans cesse jusqu’à ce qu’il devienne propre. C’est dans le silence, l’observation, la méditation que l’on y arrive le plus sûrement. Il n’y a plus d’expérience : il y a seulement la volonté de vivre en pleine conscience et de nettoyer. De faire et d’être, calmement sans faire de bruit.

La société Kanak s’est définitivement inscrite dans la 3ème manière et j’en ai eu pour preuve la façon dont elle a réagi en cette fin d’année 2021 et comment elle s’inscrit d’ores et déjà pour l’année à venir. Il est dommageable que certains ne s’en rendent pas compte. En même temps, on ne peut pas apprendre à un poisson rouge à grimper à un arbre.

Je profite de ce dernier article de l’année 2021 pour remercier tous les contributeurs de Présence Kanak qui bénévolement et depuis 2 ans ont enrichi le site de leurs articles : Eddy Wadrawane, Jacques Eatene, Patrick Eatene, Jean-Michel Guiart, Jérôme Bétrancourt, Waminya Waminya, Philippe Yeiwene, Jean-Pierre Helloa, Luc Camoui, Valérie Ohlen, David Rizet-Blancher, Christiane Waneissi, Magali Yeiwene et Hélène. Je n’oublie pas non plus Maryline Sinewami et Yvanna Doï Lepeu sans lesquelles cette aventure n’aurait d’ailleurs jamais eu lieu.

Présence Kanak vous retrouvera en février avec de nouveaux articles. D’ici là, nous vous proposons durant le mois de janvier, de découvrir quotidiennement sur les réseaux sociaux, le top 30 des articles les plus lus depuis sa création.

Je vous souhaite à tous de passer de bonnes fêtes de fin d’année et vous dit : « A l’année prochaine ! ».

5 commentaires sur “Edito 2021 / Voeux 2022

Ajouter un commentaire

  1. Merci pour votre dévouement et amour envers la culture kanak ainsi que votre encouragement adressé à ceux qui tentent d’affirmer la noblesse de cette culture d’humanité.

    Belle entrée dans cette nouvelle année 2022 avec ses défis.

    WADEDWAY

    Aimé par 2 personnes

  2. Bozu Claudia
    Merci pour le travail que tu fais. Merci à ceux qui participent à l’existence de ce site.

    Ton edito est un hymne à l’humanité.
    Nous sommes des êtres spiriituels venus vivre une experience humaine (Pierre TEILHARD DE CHARDIN). Gardons cela en mémoire. Reconnectons nous à cette part divine de nous mêmes.
    A chacun un beau cheminement pour 2022.

    Aimé par 3 personnes

Répondre à marylinesinewami Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :